Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
PASSION-TRAINS

REPORTAGE : La ligne ferroviaire se fait belle entre Oxelaëre et Zuytpeene

28 Avril 2009 , Rédigé par lavoixdunord.fr Publié dans #REPORTAGE

 FRANCE - Deux mois et demi de travaux, un chantier long d'onze kilomètres, des passages à niveau neutralisés et chaque jour, des centaines d'agents affairés près des rails, une dégarnisseuse capable de digérer 750 m³ de vieux ballast à l'heure, des sifflements, des vrombissements, de la peine et de la poussière.... C'est une installation pharaonique qui a émergé en rase campagne flamande.

Tous les ans, environ deux cents kilomètres du réseau français bénéficient de cette cure : la Grande opération périodique ou GOP. Dans la région, les axes Lille-Calais, aux Fontinettes, et Fives-Mouscron, à hauteur de Marcq-en-Baroeul, subiront aussi ce traitement de faveur selon un calendrier très précis : d'abord un sondage sous la voie pour « déceler les volumes non visibles, comme des bulbes de béton, des câbles », explique le reponsable des travaux. Interviennent ensuite le dégarnissage et le ballastage : la pierre concassée, qui joue le rôle d'amortisseur et de drain, est remplacée, les traverses anciennes ôtées. Dans un dernier temps, les agents procèdent à la pose de nouveaux rails, sur un terrain stabilisé. Le procédé est long, il s'écoule « parfois trois semaines entre l'arrivée de la dégarnisseuse et le départ du dernier train de travaux  ».

Lancé en mars, le chantier qui s'étale de la Flandre intérieure au littoral progresse à raison de huit cents mètres à un kilomètre par jour. Il ne concerne pour l'heure que la voie la moins délicate : en direction du Nord. Pour le fret provenant de Dunkerque - le volume des trains peut flirter avec les 3 000 tonnes - la rénovation attendra 2011. Dans l'immédiat, la voie sert à accueillir un trafic mixte (marchandises et voyageurs) alterné. Car, pendant les travaux, la vie du rail continue : « C'est un défi permanent, constate Samir Affejay, responsable communication à SNCF équipements. À 16 h 30, nous devons avoir rendu la voie. Mais l'objectif est capital : accéder à un niveau de sécurité et de qualité optimal et à un confort accru pour les voyageurs.  »
 



D'ici à fin mai, l'une des voies ferrées reliant Hazebrouck à Dunkerque aura fait peau neuve. Une fois les 35 km de rail remplacés, le trafic reprendra à 160 km/h, sur un tapis dont la durée de vie avoisinera le demi-siècle. Immersion dans cet archipel de démesure.

DELINQUANCE - Ils caillassent un TGV... direction le juge

27 Avril 2009 , Rédigé par TF21.fr Publié dans #FLASH INFO

 FRANCE - Dimanche dernier, 3 adolescents avaient lancé des pierres sur un TGV reliant Paris à Quimper, provoquant de nombreux retards sur la ligne. Les jeunes âgés de 13 et 14 ans ont été interpellés vendredi par les gendarmes à Quéven, dans le Morbihan.

Selon le quotidien Le Télégramme qui révèle l'information, l'un des projectiles avait cassé la vitre d'une porte de wagon. Conséquence, la SNCF avait décidé de déclencher son dispositif de sécurité et d'interrompre le trafic sur la ligne pendant près d'une heure.

En tout, des retards avaient été enregistrés sur 37 trains. Les trois adolescents seront présentés prochainement à un juge des enfants.



Direction le tribunal, histoire d'apprendre à vivre : Trois adolescents de 13 et 14 ans ont été arrêtés vendredi dans le Morbihan après avoir pris pour cible un TGV Paris-Quimper, entraînant des retards sur 37 trains. Selon le quotidien Le Télégramme, l'un des projectiles avait cassé la vitre d'une porte de wagon. On a décidément les enfants qu'on éduque...

LIAISON : Réalisation «rapide» pour le RER transfrontalier franco-suisse

27 Avril 2009 , Rédigé par 20Minutes.ch Publié dans #FLASH INFO

  FRANCE / SUISSE - Les partenaires français et suisses du futur RER franco-valdo-genevois (RER fvg) ont décidé samedi à Genève «d'une réalisation rapide» du projet, soit à l'horizon 2016 comme prévu jusqu'à présent. Ils continuent à travailler ensemble sur le choix du matériel roulant.

La SNCF et les CFF ont, en outre, confirmé leur intention d'examiner la création d'une société commune pour exploiter le futur RER, ont indiqué les partenaires du projet dans un communiqué. Une lettre d'intention a été signée pour asseoir les réflexions sur cette structure commune.

Le RER transfrontalier desservira plus de 40 gares françaises et suisses sur 230 kilomètres de lignes, avec des fréquences prévues tous les quarts d'heure. Le projet réunit la Région Rhône-Alpes, les cantons de vaud et de Genève, la SNCF et les CFF.

SENSIBILISATION : La SNCF se préoccupe de la tranquillité de ses clients

27 Avril 2009 , Rédigé par Leparisien.fr Publié dans #SOCIETE

 FRANCE - A partir d’aujourd’hui et jusqu’à jeudi, la SNCF organise une campagne de sensibilisation intitulée « la Semaine de la tranquillité ». Le personnel des lignes B, D et H ira ainsi à la rencontre des voyageurs afin de les informer sur les différentes actions mises en place pour répondre à leurs attentes en matière de tranquillité.

La campagne va tourner autour de trois éléments : le respect des autres ne pas écouter la musique trop fort, mettre le téléphone sur le mode vibreur... , le respect des lieux ne pas faire de tags sur les murs, mettre les déchets à la poubelle et, de manière plus générale, garder les sites propres et, enfin, la sécurité, avec une démonstration des bornes d’appel d’urgence et des explications sur le déploiement de la vidéosurveillance dans les gares.

Par ailleurs, des affiches rappelleront l’ensemble de ces messages et des stands seront mis en place dans les gares des trois lignes. Ils seront tenus par des agents représentatifs des différents métiers au contact du public : agents commerciaux, contrôleurs, surveillance générale, agents de médiation sociale…

Mercredi à la gare de Melun de 16 h 30 à 19 h 30. Le même jour, en gare du Nord, à Paris, un stand sera présent au niveau des accès ligne B (- 2) et un autre stand sera ouvert en surface de 16 h 30 à 19 h 30 (quatre masseurs y seront présents de 16 h 30 à 19 h 30 !).

 

Le respect des autres qui passe par le son de sa musique pas trop fort ,le téléphone en mode vibreur le respect des lieux publics dans l'enceinte des gares, la sécurité...autant de points sur lesquels la SNCF entend bien insister dans le cadre de la Semaine de la tranquillité ."vous ne pouvez pas vous tromper ma bonne dame ; le stand, c'est tout droit..."

CONCCURENCE : La SNCF et Trenitalia vont croiser le fer

27 Avril 2009 , Rédigé par econostrum.info Publié dans #ACTU

  FRANCE / ITALIE - Après le rectangle vert des terrains de football, le rail va être le théâtre du prochain match France-Italie. La SNCF a en effet lancé la première offensive cet hiver en s’alliant à NTV (Nuovo Trasporto Viaggiatori), premier opérateur privé transalpin à demander fin 2006 une licence de transport ferroviaire de passagers en Italie.

La compagnie française, qui a pris 20 % du capital de cette société codirigée par le patron de Fiat, Luca di Montezemolo, et le Pdg du maroquinier florentin Tod’s, Diego della Valle, a dans sa ligne de mire le marché de la grande vitesse dans la péninsule, promis à un beau développement avec la mise en service de la ligne Milan-Rome-Naples-Salerne à la fin de l’année 2009. 10 millions de passagers en 2015 ? Dès 2011, NTV viendra concurrencer Trenitalia, la compagnie nationale, avec une flotte de 25 trains de la gamme "Italo" fraîchement sortis des chaînes de montage d’Alstom, fabricant des TGV français.

Ces bolides capables d’atteindre une vitesse de 360 km/heure en pointe seront à même de rivaliser avec les flèches rouges (Freccia Rossa) de l’opérateur national, les TGV version italienne fabriqués par le consortium Trevi (TReno Veloce Italiano) qui associe les fabricants transalpins Ansaldo, Breda et Firema Trasporti, le français Alstom et le canadien Bombardier. NTV affiche des ambitions de première classe puisque ses dirigeants espèrent passer la barre des 20% de parts de marché sur le segment de la grande vitesse, soit 10 millions de passagers, à l’horizon 2015.

Trenitalia veut concurrencer le TGV sur ses rails (photo DR) Trenitalia n’a pas tardé à répliquer. Mise en appétit par la perspective de la libéralisation du trafic international de voyageurs le 13 décembre 2009, la filiale des chemins de fer italiens, Ferrovie dello Stato, a déposé auprès de Réseau ferré de France, gestionnaire du réseau ferroviaire hexagonal, une demande de sillons pour exploiter la liaison entre Paris et Milan dès 2010, rapporte le quotidien français Le Figaro.

A raison d’un aller-retour quotidien, Trenitalia compte donc prendre pied sur le très lucratif tronçon Paris-Lyon, aujourd’hui chasse gardée des TGV de la SNCF. Pour fuser sur les rails français, l’opérateur transalpin fera appel à ses Freccia Rossa ou à ses trains pendulaires (Pendolino) qu’Alstom, leur fabricant, se chargera d’adapter aux contraintes techniques du réseau ferré français. Le Pendolino, TGV moins exigeant Moins onéreuse que le TGV, la technique du train pendulaire permet aux rames dotées d’un centre de gravité très bas de circuler sur le réseau ferroviaire classique à une vitesse 35% supérieure de celle des trains ordinaires. Seul bémol : la vitesse commerciale moyenne du Pendolino est de 250 km/heure, contre 300 km/heure pour le TGV de la SNCF.

A Rome, on veut voir dans cette offensive commerciale un signe de la santé retrouvée de la compagnie nationale. En 2008, pour la première fois depuis des années, les comptes de Trenitalia sont repassés au vert. La compagnie a réalisé un résultat d’exploitation positif de 338 M€, une performance qui lui a permis de diviser ses pertes par dix, s'établissant à 42 M€ fin 2008 contre 403 M€ en 2007.



La SNCF et Trenitalia s’apprêtent à se livrer bataille sur leurs marchés domestiques. Le Français s’est associé au premier opérateur privé transalpin pour défier son homologue sur le marché de la grande vitesse dans la péninsule. L’Italien, de son côté, vient d'adresser à RFF une demande pour exploiter des TGV sur l’axe Paris-Lyon-Milan.  ça promet de belles batailles commerciales en perspective...

LA VIDEO DE LA SEMAINE : Fin de journée à Albi...

26 Avril 2009 , Rédigé par Eric Publié dans #VIDEOS

 On reste en France cette semaine avec aujourd'hui un petit arret en gare d'Albi, dans le sud de la France... histoire de revoir les incontournables matériels diesel de la SNCF !

Et en gare d'Albi, ça circule :  des trains arrivent... d'autres partent..... en plus d'un convoi de trémies tracté par une bonne vieille BB 66000, voilà donc une bonne occasion de découvrir une petite variété des TER circulant sur l'axe Toulouse - Rodez : Au programme, un rame automotrice X 72000 qui marque l'arret, la BB 67615 avec une rame RIO, et enfin un dernier train composé de 3 éléments et qui me laisse perplexe car personnellement, je n'ai pas réussi à l'identifier... peut être un de nos éminents lecteurs aura t'il la réponse ? La question est ouverte : alors à vos claviers si vous avez le fin mot !

En attendant, bonne vidéo,  et à la semaine prochaine   ;-)

Eric

ELECTRICITE : Coupure SNCF sur 3 axes les 23 et 24 mai

24 Avril 2009 , Rédigé par Lefigaro.fr Publié dans #FLASH INFO

  FRANCE - L'ensemble du trafic SNCF sur trois axes majeurs du Sud-Est de la France sera coupé durant le week-end de l'Ascension, le samedi 23 mai et le dimanche 24 jusqu'à midi, pour des travaux d'aménagement du réseau, ont indiqué aujourd'hui la SNCF et Réseau ferré de France (RFF) dans un communiqué.

Ces axes correspondent à la ligne TER reliant Avignon-centre et Montpellier, à la ligne TGV Avignon-Montpellier, ainsi que la ligne reliant Marseille à Montpellier via Arles et Tarascon, a précisé à l'AFP un porte-parole de la SNCF.

"Deux chantiers, particulièrement sensibles en termes d'aménagement local, exigent pour leur construction la dépose de deux sections de l'axe principal ferroviaire languedocien et l'arrêt de toutes les circulations de trains", explique le communiqué.

Un premier chantier doit avoir lieu à Nîmes (Gard) pour "construire sous les voies ferrées un ouvrage hydraulique" permettant de lutter contre les inondations. Le second chantier aura lieu à Castelnau-le-Lez (Hérault) où des travaux d'amélioration de la circulation entre le centre de Montpellier et l'est de l'agglomération doivent être conduits.

"Cette période correspondant au week-end de l'Ascension, l'interruption des circulations a été calculée de façon à permettre à la plupart des voyageurs de se rendre avant le vendredi minuit sur leur lieu de villégiature et de revenir le dimanche après-midi, quand la circulation est rétablie", assure le communiqué RFF/SNCF, précisant que "durant les 36 heures de coupures, l'ensemble des trains sera remplacé par des autocars".



Plus de jus : Les  samedi 23 mai et le dimanche 24 jusqu'à midi, les écureuils seront de sortie et la fée électricité sera aux abonnés absents sur trois axes majeurs du Sud-Est de la France pour cause de travaux d'aménagement du réseau. Bah quoi, faut bien que ça se fasse...

SOCIAL : Une grève des cheminots reconduite toutes les 24 heures à Dole

24 Avril 2009 , Rédigé par leprogres.fr Publié dans #REPORTAGE

 FRANCE - « Socialement, c'est très compliqué. Il y a plus de cent emplois en jeu sur le département », lâche le délégué CGT Cheminot de Dole, Patrick Goyet. Hier, à la suite d'un mouvement de grève, aucun train n'a circulé entre Dole et Pontarlier et Dole et Saint-Claude : la totalité des conducteurs étaient en grève, tout comme la majorité des contrôleurs, ainsi que 40 % des agents de gare.

Le matin, après avoir déposé une demande de concertation immédiate (DCI) auprès de la direction régionale à Dijon, toutes les organisations syndicales (CGT, Unsa, Sud et CFDT) ont quitté la table du comité d'établissement. Peu de temps après, une assemblée générale était organisée au dépôt de Dole où une cinquantaine de cheminots et agents SNCF s'étaient réunis pour décider de la suite à donner au mouvement de grève.

« Nous avons proposé au directeur régional de la SNCF d'organiser une table ronde sur l'avenir du réseau ferroviaire dans le Jura », indique Patrick Goyet à l'assistance. Et pour cause. Les comités de lignes, organisés à travers le département, laissent à penser que le plan de transport serait modifié. Que les suppressions de trains ou les remaniements d'horaires auraient un impact direct sur les emplois des cheminots et agents SNCF de Dole, Mouchard, Andelot, Saint-Claude et Morez. Une politique qui aurait aussi, selon les syndicats, un impact sur le quotidien des usagers avec de nouvelles dégradations du service public.

« Au fil des années, la direction déléguée TER allège de plus en plus la charge de travail dévolue aux cheminots du dépôt de Dole. C'est très clair, l'objectif c'est de réduire les coûts d'exploitation du réseau. La menace de fermeture, prévue en 2009, qui pèse sur le dépôt dolois est une réalité. Nous n'avons même jamais été aussi menacés. Les problèmes que nous rencontrons ici sont les mêmes qu'ailleurs. Le mouvement doit être élargi à la Haute-Saône, au Doubs, à la Saône-et-Loire, à la Côte-d'Or. Nous demandons donc le maintien des emplois des contrôleurs, des conducteurs, des agents de gare et de l'entretien. Nous demandons également le maintien des brigades d'intervention à Mouchard, Dole, Saint-Claude, Andelot et Morez, nous protestons contre les fermetures de guichets… Au total, il y a cent emplois en jeu et je peux vous dire qu'il y a des gars qui parlent de faire la grève de la faim. Nous sommes dans l'action. » Une action qui visiblement s'inscrit dans la durée puisque les cheminots ont décidé de reconduire le préavis de 24 heures en 24 heures. Durée prévue : illimitée.

Comme l'on fait les conducteurs de Nice durant deux mois, ils prévoient d'observer une sorte de grève tournante, alternant « temps forts » et « temps faibles » de mobilisation. « Cette forme de grève est nouvelle, reconnaît Patrick Goyet. Les salariés se mettent en grève les uns après les autres. Le but ce n'est pas d'embêter les usagers. Cela nous permet de pouvoir organiser des temps forts. Il y aura le 1er mai : les cheminots seront en tête du cortège avenue de Lahr. Nous prévoyons aussi d'aller au conseil régional qui, jusqu'à présent, n'a pas souhaité répondre à nos courriers. »

À Nice, la direction de la SNCF, avait assigné les conducteurs de TER niçois en référé pour exercice abusif du droit de grève. Mais elle avait été déboutée par le tribunal. « Il n'y a aucune justification pour fermer le dépôt de Dole, sauf à vouloir encore dégrader le quotidien des usagers, reprend l'un des cheminots présent à l'assemblée générale. Il y a une volonté délibérée de rayer Dole de la carte ferroviaire. »



 
Hier, les cheminots jurassiens étaient en grève. À l'issue d'une assemblée générale au dépôt de Dole, le préavis a été reconduit. Le personnel s'organise pour faire durer le mouvement. Sud-Rail serait elle encore dans le coup ? Pensez vous.... ce serait vraiment étonnant !

ACCIDENT : Collision meurtrière entre un TER et une voiture en Corrèze

24 Avril 2009 , Rédigé par Europe.fr Publié dans #FLASH INFO

 FRANCE - Une collision a eu lieu, vendredi matin, entre un TER et un véhicule engagé sur un passage à niveau non gardé à Saint-Aulaire, en Corrèze. Un des passagers du véhicule est mort et deux personnes ont été gravement blessées. L'accident s'est produit à 10 heures à Saint-Aulaire, près de Brive-la-Gaillarde, en pleine campagne.

Selon la SNCF, un passage à niveau non gardé est un passage sans barrière automatique ni feu de signalisation mais avec un panneau "stop" qui impose aux automobilistes de marquer un arrêt.




Une collision a eu lieu, vendredi matin, entre un TER et un véhicule engagé sur un passage à niveau non gardé à Saint-Aulaire, en Corrèze. Bilan : Un des passagers du véhicule est mort et deux personnes ont été gravement blessées. ça fait cher le non respect du panneau stop...

TESTS : Trois rames du Francilien testées en Allemagne

24 Avril 2009 , Rédigé par lavoixdunord.fr Publié dans #REPORTAGE

  FRANCE / ALLEMAGNE - Le 13 décembre 2009... une date à retenir. C'est ce jour-là que la première rame du Francilien, le dernier né des trains de Bombardier, conçu et fabriqué à Crespin, va rouler sur le réseau d'Ile-de-France. D'ici là, sept trains de présérie ont débuté une vaste campagne d'essais.

Quatre rames sont déjà produites. Trois trains sont actuellement au centre d'essais ferroviaire de Siemens, à Wildenrath, en Allemagne ; le quatrième est du côté de Plouaret en Bretagne. Les trois dernières sont encore sur la ligne de production de l'usine de Crespin.

Pourquoi l'Allemagne pour les trois premières rames ? « Ce centre d'essais dispose de bonnes installations pour atteindre 140 km/h et différentes tensions électriques. Il a deux anneaux : un petit et un grand et des ateliers pour des tests statiques et des mises à niveau », observe Philippe Ogier, chef de projet Francilien.

La première rame est partie en décembre ; la dernière, début mars. Envoyer trois rames en Allemagne, ça ne s'improvise pas. « Elles voyagent au milieu des convois de fret, entre les wagons de céréales ou autres. Parfois on a un acheminement spécial », note le chef de projet. Pour se rendre en Allemagne, les rames ont pris la direction de Strasbourg et Mulhouse pour passer la frontière et remonter vers Wildenrath (à proximité d'Aix-la-Chapelle). « Cela demande une collaboration avec les transporteurs allemands. Les rames sont attelées à des wagons freineurs. Ça fait des convois de 200 m », précise-t-il.

Depuis décembre, une trentaine de personnes de chez Bombardier sont en Allemagne pour cette campagne de tests. Ce sont des agents chargés de l'entretien des rames en quelque sorte le service après-vente de Bombardier plus quelques ingénieurs qui se relaient sur place. Des équipes en profitent aussi pour se former à la maintenance.  Les essais mobilisent cent douze personnes de l'ingénierie sur les cent cinquante : « Cela demande de bien partager nos ressources car à un moment nous aurons les six trains en essais ».

Aujourd'hui, Christian Cochet, directeur délégué du Transilien (le réseau SNCF d'Ile-de-France) ; Serge Méry, vice-président transport du STIF (Syndicat des transports de l'Ile-de-France) ; Jean Bergé, président de Bombardier ; et quelques journalistes vont découvrir les essais de la rame trois en Allemagne. Des essais de compatibilité électromagnétique et de gestion de l'énergie du train. Essais qui permettent de corriger les éventuelles imperfections.



Après le séjour linguistique, place au séjour... technique. Trois rames du Francilien conçu et fabriqué à Crespin dans le Nord passe actuellement une batterie de tests en Allemagne. Retour au bercail attendu pour la fin de lannée, avec une mise en service le 13 décembre prochain.