Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
PASSION-TRAINS

COUP DE COEUR : Arrivée du premier train de "fret urbain" Monoprix à Paris

29 Novembre 2007 , Rédigé par agefi.com Publié dans #ACTU

logo-sncf.jpg FRANCE - Le premier train de "fret urbain" affreté par le distributeur Monoprix est arrivé mercredi soir à la gare de Bercy à Paris pour approvisionner les magasins parisiens de l'enseigne, ce qui pourrait permettre d'éviter l'entrée de plusieurs milliers de camions par an dans la capitale.

Le train est arrivé vers 21H30 dans la halle Gabriel Lamé, attenante à la gare de Bercy (XIIème arrondissement), accueilli notamment par le secrétaire d'Etat aux Transports Dominique Bussereau, le PDG de Monoprix Philippe Houzé, des représentants de la SNCF et plusieurs élus locaux, a constaté une journaliste de l'AFP. Le convoi provenait d'entrepôts Monoprix situés en Seine-et-Marne, à une trentaine de kilomètres de Paris et raccordés récemment à la voie ferrée du RER D, un trajet auparavant effectué par des camions. Une fois les marchandises déchargées (boissons sans alcool, produits de beauté et pour la maison), vingt camions au gaz naturel livreront les Monoprix dans Paris.

Le but du contrat signé en juillet entre la SNCF et le distributeur, dont le montant n'a pas été dévoilé, est d'acheminer 210.000 palettes soit 120.000 tonnes de marchandises par an, à raison de cinq trains de 20 wagons par semaine. Avec ce système de "fret urbain", "c'est 10.000 camions de moins qui entrent dans Paris" chaque année, s'est réjoui le PDG de Monoprix, Philippe Houzé. "Bien sûr, ça coûte plus cher mais c'est un choix d'avenir", a-t-il aussi affirmé.

"C'est 280 tonnes de Co2 en moins!", a assuré pour sa part Jean-Paul Huchon, président de la région Ile-de-France. La Direction régionale de l'Equipement avait sollicité Monoprix en 2004 pour expérimenter l'acheminement de marchandises par voie ferrée jusqu'à Paris. L'enseigne a ensuite lancé un appel d'offres en 2006, remporté par une filiale de fret de la SNCF, VFLI, spécialisée dans le fret de proximité.

Pour Olivier Marembaud, patron du Fret SNCF, une branche en grande difficulté financière, le projet va "redonner au fret ferroviaire une place dans la ville". Actuellement, sur 32 millions de tonnes de marchandises qui arrivent chaque année à Paris, seul 1 million est acheminé par le rail, contre 2,5 par voie fluviale et le reste par la route, a rappelé Jean-Paul Huchon. "C'est trop peu !", s'est-il exclamé, soulignant que "l'objectif de la région est de favoriser les modes de transports alternatifs à la route".

Le secrétaire d'Etat aux Transports, Dominique Bussereau, a pour sa part souhaité que "Fret SNCF mais aussi d'autres opérateurs développent ce type de projets dans d'autres agglomérations", citant Lyon, Bordeaux ou Nice. La municipalité, qui a participé à la rénovation de la halle Lamé, pourtant propriété de la SNCF, à hauteur de 11 millions d'euros, promet un avenir à l'acheminement de marchandises par rail, notamment en aménageant d'autres espaces, aux Batignolles ou à Bercy, ou bien en permettant à terme une arrivée par les voies RER en gare des Halles, au coeur de la capitale.
 


En voilà une idée qui est bonne ! Monoprix vient d'affréter le premier train de "fret urbain"  pour approvisionner les magasins parisiens de l'enseigne. Moins de camions et plus d'air pur dans la capitale ! La planète dit merci : les fans de trains aussi !

Commenter cet article