Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
PASSION-TRAINS

BOURSE : La privatisation de la Deutsche Bahn est lancée

30 Avril 2008 , Rédigé par Le Monde.fr Publié dans #ECONOMIE - FINANCE

 ALLEMAGNE - Après des mois de désaccord, le gouvernement allemand de grande coalition a entériné lundi 28 avril un plan de privatisation partielle de la compagnie ferroviaire Deutsche Bahn (DB). Aprement débattu, longtemps rejeté par une partie des sociaux-démocrates (SPD) partenaires des unions chrétiennes-démocrates (CDU-CSU) au sein de la coalition, le principe de l'introduction en Bourse du dernier grand monopole allemand a souvent manqué capoter, même s'il a été validé dès novembre 2005 dans le cadre d'un contrat de coalition entre le SPD et la CDU. Déterminés à parvenir à un accord, les deux partis avaient placé ce sujet au centre de leur rencontre lundi.

Le modèle adopté prévoit de scinder la Deutsche Bahn en deux entités : d'un côté, les activités de transport de passagers et de marchandises seront introduites en Bourse à hauteur de 24,9 %, et non 49 % comme il était d'abord prévu. De l'autre, les infrastructures et le réseau ferroviaire - soit 34 000 km de rails et près de 4 000 gares - resteront propriété de l'Etat à 100 %. La Bahn n'est "pas une entreprise comme les autres", c'est pourquoi l'infrastructure reste "naturellement" dans le giron de l'Etat, a affirmé la chancelière Angela Merkel (CDU) lundi, en amont du sommet de coalition.

L'accord repose sur le récent compromis élaboré par les sociaux-démocrates. Après s'être affrontées, la gauche et la droite du SPD sont tombées d'accord il y a deux semaines sur ce plan permettant de limiter l'influence d'investisseurs extérieurs. Les actionnaires ne disposeront en effet d'aucune minorité de blocage, celle-ci étant fixée à 25 % par la loi. Les chrétiens-démocrates entendent poursuivre l'introduction en Bourse de la DB s'ils restent au pouvoir après les élections législatives de 2009. La "tranche" de 24,9 % est une "première étape de la privatisation", a estimé lundi Mme Merkel. Pour le président du SPD, Kurt Beck, au contraire, il s'agit d'un "point final".

Cette introduction en Bourse devrait rapporter entre 4 et 6 milliards d'euros. M. Beck a affirmé que "la part du lion" des capitaux levés - soit deux tiers environ - irait renforcer les fonds propres de la DB et financer ses investissements. Une première victoire pour le président de la compagnie ferroviaire, Hartmut Mehdorn, qui plaide depuis de longs mois pour une privatisation rapide. Son groupe a "besoin de nouveaux capitaux" face à la concurrence d'entreprises cotées, affirme-t-il. La DB a gagné 1,7 milliard d'euros en 2007, pour un chiffre d'affaires de 31 milliards.

Le dernier tiers des recettes de la privatisation devrait abonder le budget fédéral. Cette proposition était contestée par une partie de la CDU souhaitant voir plus de fonds consacrés à la modernisation des infrastructures. Selon l'hebdomadaire Focus de lundi, qui cite un rapport confidentiel de la DB, le réseau ferré est en très mauvais état, et sa rénovation nécessiterait plusieurs milliards.

Face à ces besoins, certains députés CDU ont dénoncé une privatisation "au rabais", bien loin des 49 % initialement prévus. "Pour remplir les objectifs de la privatisation, notamment la modernisation du réseau, il aurait fallu aller plus loin", s'insurge Klaus Lippold, expert des transports à la CDU. "Nous avions proposé de privatiser au moins 30 % pour pouvoir entrer dans le DAX (l'indice de la Bourse de Francfort)", a regretté le vice-président du groupe parlementaire CDU-CSU et spécialiste des transports, Hans-Peter Friedrich. Mais cette opération est "un début", a-t-il assuré sur les ondes d'Inforadio. Le gouvernement devrait ratifier le projet définitif mercredi, avant de le soumettre au Parlement. Les premières actions pourraient être émises fin 2008.
 


Un plan de privatisation partielle de la compagnie ferroviaire Deutsche Bahn (DB) est désormais sur les rails... Privatisation limitée néanmoins puisque la Deutsche Bahn sera scindée en deux entités : d'un côté, les activités de transport de passagers et de marchandises qui seront introduites en Bourse à hauteur de 24,9 %, et de l'autre, les infrastructures et le réseau ferroviaire qui resteront propriété de l'Etat à 100 %. Les premières actions pourraient être émises fin 2008 : avis aux boursicoteurs...

Commenter cet article