Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
PASSION-TRAINS

TRAINS INCLINABLES : L’origine de la nausée dans les trains expliquée

31 Juillet 2011 , Rédigé par TDG.ch Publié dans #ACTU

logo-sbb.gif SUISSE - Le visage blême, le regard perdu dans le vide. Il n’est pas rare de voir, dans l’ICN circulant au pied du Jura, des voyageurs souffrant du «mal de mer» des trains. Un problème connu depuis l’introduction des wagons inclinables en 2001, à l’occasion de l’Expo nationale.

 

Des chercheurs de l’Université de Zurich viennent de trouver une explication. Et une solution. Le problème vient du décalage entre le début des virages et le moment où les wagons s’inclinent, explique Dominik Straumann, professeur au département de neurologie de l’Université de Zurich. Ce n’est donc pas l’inclinaison à proprement parler qui rend malade, mais le décalage entre l’entrée dans la courbe et l’inclinaison. «L’oreille interne et le cerveau ne sont pas capables de gérer deux rotations simultanées, explique le spécialiste. Si vous fermez les yeux et que vous faites tourner votre chaise de bureau, vous n’avez rien. Faites la même chose en hochant la tête et vous vous sentirez mal.»

 

Dominik Straumann a réalisé des tests pendant cinq jours sur 200 passagers entre Winterthour et Gossau. L’étude, publiée dans la revue scientifique The Faseb Journal, a été menée conjointement avec des ingénieurs des CFF et d’Alstom, ainsi que des scientifiques de l’hôpital Mount Sinaï à New York – une institution qui a notamment travaillé sur cette question avec les astronautes. Certains voyageurs étaient équipés d’un accéléromètre fixé sur un bandeau. Ils devaient donner leurs impressions toutes les dix minutes. Environ la moitié des personnes testées se sont senties mal durant le voyage. «Moi-même, si je travaille dans un train inclinable, je suis immédiatement malade, confie Dominik Straumann. Et là, lors de nos tests, j’ai pu utiliser mon ordinateur sans problème. Permettre aux gens de travailler dans le train sans avoir la nausée, c’est aussi intéressant du point de vue économique.»

 

Pour le neurologue, il suffirait de peu de chose pour que la nausée des ICN ne soit qu’un mauvais souvenir. «On peut garder les mêmes trains et les mêmes ordinateurs. Il faudrait juste améliorer le programme qui gère les inclinaisons.» Objectif: permettre à l’ordinateur de mieux anticiper les courbes pour qu’il s’incline pile au bon moment. «Ce n’est pas si simple que ça, tempère Jacques Revaz, porte-parole des CFF. Il ne s’agit pas juste d’une mise à jour de logiciel. Cela nécessite des travaux techniques assez importants. Cela coûterait plusieurs millions de francs pour adapter les 44 ICN qui roulent actuellement sur nos lignes.»

 

Pour les CFF, cette adaptation serait possible au plus tôt lors des prochaines grandes révisions des ICN, soit en 2018-2020. Par contre, explique Jacques Revaz, cette technologie va équiper tous les nouveaux trains de grandes lignes à deux étages, qui seront en circulation dès la fin de 2013.

 

Images Vomir

 

Des neurologues de l’Université de Zurich ont trouvé la solution pour mettre fin à la nausée dont souffrent les passagers des trains inclinables. Les CFF temporisent : les usagers auront donc encore la nausée jusqu'en 2018-2020... faudra s'adapter : et peut être poser une nouvelle signalétique pour indiquer les toilettes les plus proches... 

Commenter cet article