Overblog
Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
PASSION-TRAINS

Articles récents

INSOLITE : Des Suisses allument un feu d’artifice... dans un train en Allemagne

11 Novembre 2011 , Rédigé par TDG.ch Publié dans #INSOLITE

logo DB ALLEMAGNE - Des Suisses ont allumé un feu d’artifice dans un train intercity allemand arrêté en gare de Fribourg-en-Brisgau en Allemagne. Les sept jeunes hommes venant de la région de Berne avaient consommé de l’alcool, a indiqué lundi la police allemande.

 

Les feux d’artifices en possession des Suisses sont interdits en Allemagne. Une procédure pénale pour violation de la loi sur les explosifs a été ouverte contre la personne qui a introduit les engins pyrotechniques en Allemagne et contre celle qui a allumé le feu d’artifice dans le train.

 

Tous les engins pyrotechniques ont été saisis et détruits. Les sept Suisses, âgés de 17 à 27 ans, se rendaient à une manifestation sportive.

 

 

"Fribourg en Brisgau, ici Fribourg en Brisgau... deux minutes d'arret."

AIDES D'ETAT : Vers une plainte de la SNCF à l'encontre Eurotunnel ?

11 Novembre 2011 , Rédigé par meretmarine.com Publié dans #FLASH INFO

LogoEurotunnel t logo SNCF EUROTUNNEL - Une réponse du berger à la bergère ? D'après la Lettre de l'Expansion, la SNCF envisagerait de porter plainte contre Eurotunnel auprès de la Commission européenne. Le groupe public, maison-mère de la compagnie maritime SeaFrance, ciblerait des aides d'Etat qu'il considère illégales. La SNCF « vise les montants perçus - plusieurs centaines de millions d'euros - par le gestionnaire du tunnel sous la Manche de 1994 à 2006 à travers le revenu minimum garanti par la France et la Grande-Bretagne », affirme le journal économique.  

 

Cette révélation intervient alors qu'Eurotunnel a annoncé, la semaine dernière, avoir saisi l'autorité de la concurrence dans le cadre de la reprise éventuelle de SeaFrance. Selon Le Figaro, la compagnie ferroviaire craint que la reprise de l'armement maritime de la SNCF ne se fasse avec l'intervention de fonds publics.

 

FERROVIAIRE : Pour être efficace, le rail wallon a besoin... de 2 milliards d'euros

11 Novembre 2011 , Rédigé par RTLinfo.be Publié dans #FLASH INFO

logo sncb BELGIQUE - Pour être vraiment efficace, il faudrait moderniser l'infrastructure et le matériel roulant, augmenter le nombre de trains en multipliant le nombre de voies, relève notamment l'étude. Coût total de cette amélioration du rail wallon: 2 milliards d'euros.

 

Parmi les projets les plus dispendieux, l'étude cite le raccordement de l'aéroport de Gosselies, estimé à 600 millions d'euros et qui a déjà été approuvé par le gouvernement wallon, l'augmentation de la capacité de la dorsale wallonne (Mons-Liège via Namur) avec la mise à deux ou trois voies entre Auvelais et Fleurus ou Tamines (estimé de 42 à 179 millions d'euros), et l'augmentation de la capacité sur la ligne Mons-Bruxelles, avec la mise à quatre voies entre Braine-le-Comte et Hal.

 

La clé de répartition des moyens de la SNCB entre la Flandre et la Wallonie est actuellement de 60/40. L'étude réalisée par le bureau TRITEL pour la Région wallonne s'inscrit dans le cadre du plan d'investissement 2013-2025 de la SNCB.

 

 

2 milliards d'euros : c'est la modique somme qu'il faudrait pour moderniser l'infrastructure et le matériel roulant en Wallonnie. Bah, une paille, le voisin flamand va surement mettre la main à la poche pour aider un peu... non ?

RESEAU : Essais discrets en France pour le TGV... allemand !

11 Novembre 2011 , Rédigé par Letelegramme.com Publié dans #FLASH INFO

Logo-RFF.jpg logo DB FRANCE / ALLEMAGNE - Jeudi en milieu d'après-midi, une rame «ICE» (nom du TGV allemand) de la Bundesbahn stationnait en gare de Plouaret (22). De quoi intriguer les usagers de la petite gare trégorroise.

 

Cette présence insolite est la première concrétisation de la libre concurrence en termes de transport ferroviaire voulue par la communauté européenne, la SNCF n'étant plus propriétaire du réseau ferré qui peut donc accepter des circulations de trains étrangers. Dans l'Ouest, ce premier test préfigure de futures circulations de trains voyageurs non assurées par la SNCF, mais par la Bundesbahn (société nationale des chemins de fer allemands) au moyen, notamment, de ces TGV d'Outre-Rhin, construits par la société Siemens et dont la conception diffère sensiblement de celle du TGV français (positionnement des bogies notamment). La libre concurrence mise en place sur les transports ferroviaires ne s'était jusqu'à présent concrétisée, en Bretagne, que dans le domaine du fret. 

 

Un bras de fer a d'ailleurs opposé, récemment, Combiwest Novatrans et la Compagnie nouvelle de containers sur des attributions d'horaires de circulation des convois de marchandises, au départ de Rennes. Cette venue d'une rame ICE va permettre, indique la direction régionale de Réseau ferré de France, la réalisation d'essais de compatibilité de ce matériel de transport avec les voies françaises.        

 

La présence du TGV allemand, en gare de Plouaret, est la première concrétisation, en Bretagne, de la libre concurrence concernant le transport de voyageurs. Photo Henri Quelen

 

 
La présence du TGV allemand, en gare de Plouaret, est la première concrétisation, en Bretagne, de la libre concurrence concernant le transport de voyageurs...Reste la photo, plutot insolite pour un 11 novembre !

LGV : Le baltes veulent des TGV avec Varsovie

11 Novembre 2011 , Rédigé par Lefigaro.fr Publié dans #ACTU

logo-pkp.jpg ESTONIE / LETTONIE / LITUANIE / POLOGNE - Les Premiers ministres des trois pays baltes réunis à Tallinn hier ont annoncé la création d'une société mixte chargée de la construction d'une voie ferrée pour trains à grande vitesse entre la capitale estonienne et Varsovie en Pologne.

 

Baptisée Rail Baltica, cette ligne de chemins de fer nord-sud, longue de 1435 km, figure sur la liste des principaux projets de transports de l'Union européenne. Elle est censée permettre de relier à Varsovie l'axe ferroviaire est-ouest prévu entre Moscou et Berlin. Les experts estiment que Rail Baltica, dont le coût est évalué à 3,7 milliards d'euros, pourrait favoriser le transfert du trafic routier vers le rail et être ainsi une solution alternative à l'axe routier Via Baltica qui suscite des controverses pour des raisons écologiques.

 

Le Premier ministre letton Valdis Dombrovskis a indiqué à la presse que, selon le commissaire européen aux Transports Siim Kallas, l'UE pourrait prendre sur elle "jusqu'à 85% des coûts du projet". "La société mixte commencera à travailler en 2012 et aura son quartier général à Riga. Nous avons rejoint toutes les principales organisations en Europe et nous avons maintenant besoin d'une connexion rapide avec l'Europe", a déclaré le Premier ministre estonien Andrus Ansip.

 

"Le projet coïncide avec le souhait de la Pologne d'avoir une connexion rapide entre Varsovie et Berlin. La Commission européenne a sérieusement pris en considération les ambitions polonaises, si bien que la Pologne aussi est impliquée dans nos plans", a-t-il ajouté. La première phase du projet doit être engagée en 2013 et son achèvement est attendu en 2020.

 

File:RailBaltica.jpg

 

Création d'une société mixte chargée de la construction d'une voie ferrée pour trains à grande vitesse entre la capitale estonienne et Varsovie en Pologne : voilà le chainon ferroviaire qui manquait pour relier plusieurs capitales européennes !

CADENCEMENT : Compiègne refuse d’être à une heure de Paris

11 Novembre 2011 , Rédigé par Leparisien.fr Publié dans #ACTU

Logo-RFF.jpg logo SNCF FRANCE - Les nouveaux horaires de trains de la SNCF, qui entreront en vigueur à partir du 11 décembre, continuent de susciter le mécontentement des usagers mais aussi des élus. Après Noyon, Creil et Chantilly, c’est au tour des élus de l’Agglomération de la région de Compiègne (ARC) de monter au créneau. Hier, ils ont adopté une motion pour dénoncer ces nouveaux horaires de trains liés à la mise en place du cadencement, censé permettre à Réseau ferré de France.

 

« Nous étions une ville à quarante minutes de Paris et nous allons devenir une ville à une heure de Paris », déplore Liliane Vezier, élue à Compiègne. Si la gare de Compiègne va bénéficier de plus de trains en direction de Paris, la plupart mettront en effet plus de temps pour rallier la capitale puisque les trains directs vont s’amenuiser. « Il y aura davantage d’arrêts à Creil, donc les usagers devront partir de chez eux plus tôt, afin de prendre les trains précédents. Ils perdront une heure par jour », s’indigne Renza Fresch, maire (PS) de Venette et elle-même usagère régulière de la ligne Compiègne-Paris.

 

« A l’évidence, il y aura une augmentation quantitative du service en gare de Compiègne mais aussi une dégradation qualitative. Montrons que nous ne sommes pas dupes du peu de concertation avec les usagers de la part de la SNCF », ajoute Philippe Marini, sénateur-maire (UMP) de Compiègne. La motion a été adoptée à l’unanimité moins une abstention. Quant à Bernard Hellal, maire de Margny-lès-Compiègne et cadre à la SNCF, il n’a pas pris part au vote, pour éviter tout conflit d’intérêts. « Compiègne est bien mieux lotie que d’autres plus petites gares. Les usagers de Noyon, Longueil ou Ribécourt seront plus touchés par les nouveaux horaires que ceux de Compiègne, qui n’auront pas de train en moins », estime néanmoins l’élu.

 

La motion votée par ses collègues risque de toute façon d’être un coup d’épée dans l’eau. La SNCF n’a en effet plus l’intention de changer quoi que ce soit. « L’impression des nouveaux horaires vient de commencer. Le cadencement est désormais figé. A Compiègne, les horaires vont un peu bouleverser les habitudes, j’en conviens. Mais l’offre pour les usagers est suffisante et des Intercités continuent de rallier Compiègne à Paris en quarante minutes. Entre 7h46 et 8h5, il y aura trois trains au départ de Compiègne et en direction de Paris. Un direct, un semi-direct qui s’arrêtera à Creil et Pont-Sainte-Maxence et un omnibus qui desservira toutes les gares », rappelle Thierry Alvoët, directeur de la communication de la SNCF-Picardie.

 

Ce dernier conteste également le manque de concertation évoqué par les élus de l’ARC. « En Picardie, contrairement à d’autres régions, nous avons fait le choix de dévoiler notre nouvelle grille dès le mois de juin afin d’informer les usagers. Un comité de ligne auquel l’ARC était invitée a d’ailleurs eu lieu le 12 juillet à Compiègne afin de faire remonter les demandes des usagers », précise Thierry Alvoët.

 

Inutile, donc, pour les Compiégnois et tous les autres mécontents du département d’espérer le moindre changement sur les grilles horaires. Ils devront maintenant attendre la fin de l’année prochaine pour envisager une refonte du cadencement.

 

 

Avec le cadencement, les Compiégnois vont parfois mettre jusqu’à vingt minutes de plus pour rallier Paris. Les élus grondent, mais la SNCF maintient sa position... Le cadencement, une autre façon de vous faire aimer le train...

TRAINS BONDES : Un nouveau règlement des CFF pour gagner de la place

10 Novembre 2011 , Rédigé par TDG.ch Publié dans #ACTU

logo-sbb.gif SUISSE - "Aux heures de pointe, les trains sont de plus en plus encombrés", a indiqué le porte-parole des CFF Daniel Bach, commentant une information de "20 Minuten". La mesure entrera en vigueur en même temps que le nouvel horaire le 11 décembre prochain. "Nous allons l'appliquer avec une certaine retenue", assure-t-il.

 

Les CFF souhaitent avant tout fournir une base sur laquelle les contrôleurs puissent s'appuyer, explique M. Bach. Un règlement plus strict stipulant qu'un billet donne droit à un seul siège était souhaité par le personnel. Si un billet est effectivement vendu dans un train bondé pour des bagages occupant une place assise, il en coûtera la moitié du prix du billet, que le passager possède ou non un abonnement demi-tarif. Dans les trains qui ne sont pas pris d'assaut par les voyageurs, on pourra continuer de poser les bagages sur les sièges sans rien payer.

 

Aujourd'hui, les contrôleurs demandent déjà par le biais d'annonces au haut-parleur de ne pas placer les bagages sur les sièges aux heures de pointe. Cette mesure de sensibilisation continuera d'être employée à l'avenir, indique Daniel Bach. En juin, l'annonce d'un autre changement de réglement devant entrer en vigueur le 11 décembre avait provoqué le débat. Il s'agit de l'obligation d'acheter son ticket avant de monter dans le train, qui sera désormais aussi valable pour les grandes lignes. L'amende prévue en cas de contravention se monte à 90 francs suisses.

 

Demi-tarif pour les voyageurs suisses payant à bord  si les trains sont remplis... à raz-bord : en voilà une idée qui est bonne... en attendant, bien sûr, d'avoir plus de train sur le réseau.

CONTRAT : Alstom signe un contrat ferroviaire de 100 millions d'euros avec la Suède

10 Novembre 2011 , Rédigé par Lemonde.fr Publié dans #ECONOMIE - FINANCE

logo-alstom.gif FRANCE / SUEDE - Le groupe industriel français Alstom a remporté une commande auprès de l'opérateur de transport public suédois Skanetrafiken portant sur la livraison de 20 trains régionaux, pour un montant de plus de 100 millions d'euros, selon un communiqué du groupe publié mardi 8 novembre.

 

La livraison de ces nouveaux trains, qui circuleront en Scanie, dans le sud de la Suède, est prévue pour 2013-2014, a précisé le groupe. En décembre 2006, Skanetrafiken avait déjà commandé à Alstom 69 trains de ce type (Coradia Nordic) dont 32 ont été livrés à ce jour. Au total, la société a vendu 193 Coradia Nordic en Suède depuis 2002.

 

"Grâce à cette commande, Alstom confirme sa position de leader en tant que fournisseur de trains régionaux en Suède. A présent, nous allons renforcer notre offre en termes de services et de maintenance pour le marché nordique", explique Lars Kleppe, directeur d'Alstom Transport, cité dans le communiqué.

 

Ces trains peuvent accueillir jusqu'à 235 passagers assis et atteindre une vitesse de 160 km/h. Ils ont la particularité d'être recyclables à 95 % et permettent, selon le constructeur, une réduction de la consommation d'énergie grâce à leur motorisation.

GREVE : Les policiers des chemins de fer menacent de partir en grève à Bruxelles

10 Novembre 2011 , Rédigé par RTLinfo.be Publié dans #ACTU

logo sncb BELGIQUE - Un préavis de grève concernant les policiers bruxellois des chemins de fer (SPC) de la police fédérale a été rédigé en front commun syndical et a été déposé jeudi, a indiqué à l'agence Belga le président du syndicat libre SLFP-Police, Vincent Gilles, confirmant une information de Radio Contact. Les policiers concernés menacent de partir en grève à partir du 2 décembre et jusqu'au 14 décembre.

 

Les policiers bruxellois des chemins de fer de la police fédérale se plaignent de leurs conditions de travail et du manque d'effectif au sein de leur service (métro et gares bruxellois et Eurostar). Ils réclament depuis plusieurs années un commissariat central. Il existe un projet visant au regroupement de l'ensemble des policiers bruxellois des chemins de fer et du métro (SPC) à proximité de la gare du Midi. Ce dossier est toutefois bloqué au niveau politique, dénonce le SLFP.

 

Le service souffre par ailleurs d'un manque d'effectif structurel et criant, selon le syndicat libre de la fonction publique. Les recrutements, insuffisants aux yeux des syndicats, ne parviennent pas à compenser les départs de plus en plus nombreux.

 

Le taux d'absence au sein de la police des chemins de fer de Bruxelles est important et cela traduit une démotivation du personnel et une mauvaise atmosphère, explique M. Gilles. Le SPC de Bruxelles emploie environ 350 policiers.Les syndicats ont rédigé mercredi en front commun (SLFP-Police, CGSP, CSC et SNPS) un préavis de grève, qui pourrait être activé à partir du 2 décembre.

 

police-sncb-_2_.jpg

 

Les policiers bruxellois des chemins de fer menacent de partir en grève dès le 2 décembre. Circulez, y'aura rien à voir...

PONCTUALITE : Un quart des TGV n’arrivent pas à l’heure en France

10 Novembre 2011 , Rédigé par Leparisien.fr Publié dans #LE SAVIEZ VOUS

Logo-RFF.jpg  logo SNCF FRANCE - Cette année encore, le TGV s’affiche comme le moins ponctuel de tous les trains circulant sur le réseau ferré français ! 75,8% de ses rames arrivent « à l’heure », c’est-à-dire avec moins de cinq minutes d’écart avec l’horaire prévu, selon la nomenclature européenne en vigueur. Contre 90% pour les Transilien, 91,6% pour les TER et 84% pour les autres trains de voyageurs... Soit une amélioration globale de 2% par rapport à 2010.

 

« Les retards concernant les trains à grande vitesse, mais également tous les autres, ont pour origine des causes aussi diverses que les travaux, la défaillance du matériel ou du réseau, les actes de malveillance, les accidents, les intrusions ou encore les intempéries, explique Christophe Piednoel, le porte-parole de Réseau ferré de France (RFF). Simplement, les TGV circulent bien plus vite, et souvent sur de plus longues distances. Ce qui fait que la moindre variation de vitesse impacte de manière plus importante le trajet. Et donc les statistiques! »

 

RFF, chargé de l’entretien et du développement des rails, s’est appuyé sur une enquête réalisée au premier trimestre de cette année auprès de 4000 personnes. « A la lecture de cette étude, nous avons été surpris de l’écart observé entre la perception des voyageurs, sur les causes des retards, et la réalité, reprend-il. Par exemple, 43% d’entre eux estiment que ces retards sont plutôt dus à des actes de malveillance. Alors que, en fait, seuls 5% des retards sont à attribuer à des vols, des incivilités ou des destructions. » Idem avec les intempéries : elles n’impactent la ponctualité des trains que dans 4% des cas. Alors que les voyageurs pensent qu’elles sont à l’origine de près d’un tiers des retards !  

 

Plus globalement, la moitié des Français estime encore aujourd’hui que la fiabilité et la ponctualité des trains sont peu ou pas du tout satisfaisantes, selon une enquête Ifop réalisée au mois de juillet. RFF s’est donc fixé pour objectif d’améliorer la connaissance des voyageurs vis-à-vis du réseau. D’où la création d’un observatoire, accessible à tous sur Internet *, et qui fournira tous les trois mois des statistiques actualisées sur la ponctualité. Les Français sont fidèles au train : avec 1320 km parcourus chaque année en moyenne, ils se situent même à la quatrième place mondiale des utilisateurs. Une popularité qu’il convient d’entretenir.

 

controleur-tgv.jpg

 

Une étude réalisée pour Réseau ferré de France épingle le manque de ponctualité de ce train dont les retards sont dus à… sa grande vitesse. Dinguuuuuuue...Même Marcel n'en croit pas sa montre.